Règle Pixar [9] – Par élimination

When you’re stuck, make a list of what wouldn’t happen next… Lots of times the material to get you unstuck will show up.

Quand tu es bloqué dans ton histoire, dresse une liste de tout ce qu’il ne pourrait PAS se passer ensuite. La plupart du temps, ce qu’il te manque pour avancer se révélera.


[Que sont les règles d’or Pixar ? C’est expliqué ICI]

As-tu déjà été bloqué(e) dans l’écriture de ton histoire ? Moi aussi. Comme tous les auteurs. Certains mystiques se sentent atteints du mystérieux « syndrome de la page blanche » (*musique angoissante*). D’autres, plus pragmatiques, recherchent ce qui cloche dans leur récit.

Pixar donne ici un conseil méconnu mais pourtant très efficace pour dégager de nouvelles pistes à creuser dans ton histoire : plutôt que d’imaginer ce qu’il pourrait bien se passer, liste CE QU’IL NE PEUT ABSOLUMENT PAS se produire.

On ne parle pas assez de ce tips d’écriture : il m’a sauvé la mise à plusieurs reprises, et je suis à chaque fois surpris de l’efficacité de ce principe pourtant simplissime.

Réduire les options

Les auteurs sont fermement attachés à leur liberté créative, mais le souci d’une trop grande liberté est justement de s’orienter. Si on peut « tout faire », comment savoir « quoi faire » ?

C’est un peu comme quand tu vas au resto entre amis : si tu es dans un quartier qui regorge d’établissements et que tout le monde te dit « on va où vous voulez », choisir où dîner devient un calvaire. Plutôt que de demander aux gens ce qu’ils aiment ou ce qu’ils ont envie de manger, une tactique plus efficace est de faire le tri des endroits où on ne peut PAS aller : untel n’aime pas les restaurants asiatiques ; untel est allergique au gluten ; on est lundi et tous les restaurants ne sont pas ouverts le soir. Définir les lieux où tu ne peux PAS aller clarifie tes options pour savoir où tu vas pouvoir te rendre. Et les discussions et déductions qui en découlent vont mettre en surbrillance des choix plus pertinents que d’autres.

Plus facile de casser que de construire

Il suffit d’un tour sur les réseaux sociaux ou d’un minimum d’interactions dans la vie de tous les jours pour s’en convaincre : la plupart d’entre nous trouve plus aisé de critiquer et de dire du mal. Certains en font un défouloir. Cela fonctionne pareil ici : tu verras que lister ce qu’il ne peut pas arriver est facile. Bien plus que de trouver ce qu’il pourrait se passer. Vas-y, lâche toi, même si ça te semble évident. « Mon personnage principal ne peut pas mourir à la fin », « le méchant ne peut pas détruire le monde », etc.

Note ce qu’il ne se passera PAS et pourquoi (le « pourquoi » est important). Parce qu’il t’oblige à remettre en cause ce que tu tiens pour acquis (« mon personnage ne peut pas mourir à la fin ? Vraiment ? Et pourquoi ça ? »), et à te poser des questions à l’envers.

Et neuf fois sur dix…

Par élimination

À force de casser toutes les possibilités qui ne conviennent pas, quelque chose va émerger : non pas ce qu’il pourrait se passer, mais ce qu’il DOIT se passer dans ton histoire (ou ce que tu dois changer dans ce que tu as déjà écrit pour que la suite se débloque).

Essaie, tu vas voir, c’est magique.

M’enfin, ce n’est que mon avis.


« Comment pourrait-on NE PAS CONCLURE cette note ?
— En continuant ce dialogue ad vitam aeternam.
— Ah ah ! Oui, clairement, ça, on ne peut pas.
— …
— Ah ok. Il faut qu’on la ferme, donc ?
— …
— D’accord. »

<< Retour vers le sommaire des Règles Pixar

Soutenez_sarnier_blog

Publicités

7 réflexions sur “Règle Pixar [9] – Par élimination

  1. Merci pour cet article 🙂
    C’est intéressant, je n’y avais jamais pensé! En général lorsque l’histoire bloque, je la laisse dans un coin de ma tête et elle finit par se dérouler toute seule 🙂 J’essaierai l’élimination la prochaine fois… toutefois, lorsque ce sont des histoires improvisés tel qu’il m’arrive souvent d’écrire, je ne sais pas si c’est aussi efficace, puisque littéralement tout peut arriver…

    Aimé par 1 personne

    1. Sauf que… non, ce n’est pas vrai, « tout » ne peut pas arriver. Je sais que beaucoup d’auteurs aiment se dire cela mais ce n’est pas le cas. Rien qu’à partir d’un premier chapitre improvisé, il y a des choses qui peuvent se passer et d’autres pas. Cette règle incite à oublier un peu les premières pour réfléchir aux secondes. Cela n’a rien à voir avec le fait d’improviser ou de planifier. Bonne écriture ! 😊

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s