Règles Pixar : Réflexions pour raconteurs d’histoires

« Oh, pitié, ne me raconte pas d’histoire !
— Tu es sûr ? »


Les studios Pixar sont célèbres pour leurs films d’animation. Depuis Toy Story en 1995, ils réussissent l’exploit d’obtenir les acclamations quasi-unanimes de la presse et du public à chaque sortie. Depuis des années, 22 règles d’or du studio circulent sur le web : une employée au storyboard y aurait regroupé les conseils les plus précieux de ses collaborateurs.

Dans cette série d’articles, j’aborde chacune de ces règles en détails, les interprète au prisme des conseils que je te donne d’habitude, et chercherai à les illustrer d’exemples. À mon sens, même si elles s’adressent au départ à des scénaristes de films, elles sont tout aussi valables pour n’importe quel conteur, y compris les romanciers.

Liste des articles publiés :

Règle N°1
You admire a character more for trying than for their successes.
Tu admires plus un personnage parce qu’il essaie que parce qu’il réussit.

Règle N°2
Keep in mind what’s interesting to an audience, not what’s fun to do as a writer. They can be very different.
Garde à l’esprit ce qui est intéressant pour le public, pas ce qui est fun à faire en tant qu’auteur. Cela peut être très différent.

Règle N°3
Trying for theme is important, but you won’t see what the story is actually about until you’re at the end of it. Now rewrite.
Chercher à traiter un thème est important, mais tu ne verras pas ce dont parle vraiment l’histoire avant de l’avoir terminée. Ensuite, réécris.

Règle N°4
Once upon a time there was ______. Every day, _______. One day ______. Because of that, ______. Because of that, ______. Until finally ______.
Il était une fois ______. Chaque jour, ______. Mais un jour _______. À cause de cela, _______. À cause de cela, _______. Jusqu’à ce que finalement ______.

Règle N°5
Simplify. Focus. Combine characters. Hop over detours. You’ll feel like you’re losing valuable stuff but it sets you free.
Simplifie. Recentre le propos. Regroupe des personnages. Évite les détours. Tu auras l’impression de perdre des éléments importants, mais au contraire cela te libérera.

Règle N°6
What is your character good at, comfortable with ? Throw the polar opposite at them. Challenge them. How do they deal ?
En quoi ton personnage est-il doué, avec quoi se sent-il à l’aise ? Confronte-le à des situations opposées. Mets-le à l’épreuve. Comment s’en sort-il ?

Règle N°7
Come up with your ending before you figure out your middle. Seriously. Endings are hard, get yours working up front.
Trouve ta fin avant de travailler les péripéties centrales. Sérieusement. Les fins sont difficiles, fais en sorte que la tienne soit la locomotive de ton travail.

Règle N°8
Finish your story, let go even if it’s not perfect. In an ideal world you have both, but move on. Do better next time.
Termine ton histoire, mets-y un point final même si elle te paraît imparfaite. Dans un monde idéal, tu achèverais le manuscrit ultime, mais passe à autre chose et fais mieux la prochaine fois.

Règle N°9
When you’re stuck, make a list of what wouldn’t happen next… Lots of times the material to get you unstuck will show up.
Quand tu es bloqué dans ton histoire, dresse une liste de tout ce qu’il ne pourrait PAS se passer ensuite. La plupart du temps, ce qu’il te manque pour avancer se révélera.

Règle N°10
Pull apart the stories you like. What you like in them is a part of you : you’ve got to recognize it before you can use it.
Décortique les histoires que tu aimes. Ce que tu apprécies en elles fait partie de toi : tu dois l’identifier avant de pouvoir t’en servir.

Règle N°11
Putting it on paper lets you start fixing it. If it stays in your head, a perfect idea, you’ll never share it with anyone.
Mettre tes idées sur papier te permet de leur donner corps. Si elles restent dans ta tête et demeurent de parfaits concepts, tu ne les partageras jamais avec qui que ce soit.

Règle N°12
Discount the 1st thing that comes to mind. And the 2nd, 3rd, 4th, 5th. Get the obvious out of the way. Surprise yourself.
Mets de côté la première chose qui te vient à l’esprit. Ainsi que la seconde, la troisième, la quatrième, la cinquième. Écarte ce qui te paraît évident. Surprends-toi.

Règle N°13
Give your characters opinions. Passive/malleable might seem likable to you as you write, but it’s poison to the audience.
Donne des opinions à tes personnages. Des personnages passifs ou malléables peuvent te sembler préférables et pratiques en tant qu’auteur, mais pour ton lecteur ce sont des plaies.

Règle N°14
Why must you tell this story ? What’s the belief burning within you that your story feeds off of ? That’s the heart of it.
Pourquoi dois-tu raconter cette histoire ? Quelle est la conviction profonde qui alimente ton récit ? C’est ça qui lui donne son sens.

Règle N°15
If you were your character, in this situation, how would you feel ? Honesty lends credibility to unbelievable situations.
Si tu étais ton personnage, dans cette situation, qu’éprouverais-tu ? L’honnêteté permet de croire aux situations les plus incroyables.

Règle N°16 (à paraître)
What are the stakes ? Give us a reason to root for the character. What happens if they don’t succeed ? Stack the odds against.
Quels sont les enjeux ? Donnez-nous une raison d’encourager votre personnage. Que se passe-t-il s’il échoue ? Accumulez les obstacles sur son chemin.


Blog_pied

Tu trouves les articles de Stéphane utiles ? Paie-lui donc un café !

don_tipeee don_paypal

Publicités

15 réflexions sur “Règles Pixar : Réflexions pour raconteurs d’histoires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s