Focus : les verbes ternes

« Je suis fait, je te l’avais dit !
— Je trouve ton discours bien terne… »


[Que sont les articles « focus » ? C’est expliqué ICI]

Les verbes ternes sont des verbes qui s’utilisent dans de nombreuses situations… si nombreuses, en vérité, qu’ils sont surabondants dans nos récits : avoir, être, faire, dire, se trouver…

Grâce à un outil d’écriture, il est possible de consulter les occurrences des mots utilisés, et ainsi savoir quels sont les mots qui apparaissent le plus souvent dans son texte. Si tu fais le test sur tes derniers écrits, tu constateras qu’il y a de fortes chances qu’arrivent en tête deux verbes : « être » et « avoir », dans des proportions qui te feront sans doute un peu peur. Ton outil d’écriture peut aussi te dénombrer le nombre de verbes ternes dans ton texte.

Si tu ne disposes pas d’outils modernes, tu peux au moins essayer de faire un essai sur quelques pages de ton dernier récit : prends un surligneur, et mets en valeur tous les verbes : une couleur pour les verbes cités ci-dessus, une autre couleur pour les autres. Rien qu’avec « être », « avoir » et « faire », cela devrait te sauter aux yeux, et assurer ta prise de conscience.

Statistique :
Le taux de verbes ternes se calcule aisément en faisant le ratio du nombre de verbes ternes sur le nombre total de verbes dans le texte.
— Si ton taux tourne autour de 10 %, il semble que tu sois dans une moyenne raisonnable ;
— Plus tu descends, et plus cela signifie que tu uses de verbes riches ;
— Si ton taux dépasse les 15 %, tu atteints une fourchette haute, et il serait peut-être pertinent de faire un effort sur ce thème, ou au moins de te pencher sur la question.

Il n’est pas souhaitable de bannir tous les verbes ternes (à supposer que cela soit seulement possible !). Néanmoins, les phrases prennent vite une tout autre couleur dès qu’on remplace ces verbes ternes par des verbes bien plus chargés de sens. De plus, « être » « avoir » ou « faire » nécessitent des compléments, et utiliser des verbes riches raccourcit ainsi tes phrases en les rendant plus directes.

Ex :
« Être au-dessus de » peut devenir « surplomber ».
« Avoir envie de » peut devenir « désirer ».
« Avoir du mal à » peut devenir « peiner à ».
« Faire à manger » peut devenir « cuisiner ».

Au départ, si cela ne te vient pas naturellement, tu trouveras la tâche pénible. Traquer et remplacer les verbes ternes sera un labeur de ta phase de réécriture. Néanmoins, peu à peu, cette gymnastique intellectuelle va devenir un automatisme, et dès ton premier jet, tu utiliseras de moins en moins de verbes ternes. Un vrai « plus », question style.

M’enfin, ce n’est que mon avis.



« Le verbe
“ternir” est-il un verbe terne ?
— Tu n’aimes pas les maths toi, c’est ça ? »

Blog_pied

Tu trouves les articles de Stéphane utiles ? Paie-lui donc un café !

don_tipeee don_paypal

 

14 réflexions sur “Focus : les verbes ternes

  1. Ping : Diagnostiquer son texte – Stéphane ARNIER, auteur

  2. Coucou !
    J’adore tes articles ! 😀
    Faire à manger = préparer le repas.
    Éviter « il y a » : transformer l’objet en sujet.
    Il y a des pommes -> des pommes sont posées sur la table (verbe poser, hein ! Être est un auxiliaire !)
    Il y a un problème -> un problème s’impose.
    Etc 🙂
    Je plussoie donc !

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Focus : les adverbes – Stéphane ARNIER, auteur

  4. Ping : [COMPLÉMENT] Diagnostiquer son texte : les bonnes pratiques – Stéphane ARNIER

  5. Bonjour Stéphane,
    merci bpc pour tous ces articles passionnants, je dévore ton blog…
    Petite question : quel outil puis-je utiliser pour trouver les statistiques, que tu évoques, relatifs à mon texte ? (Pour écrire j’utilise Scrivener mais je ne sais pas s’il permet d’obtenir ces infos)
    merci et belle journée
    Caroline

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Caroline ! En ce qui me concerne, j’utilise le célèbre Antidotes (pour moi, un indispensable parmi les outils d’écriture). C’est à la base un correcteur orthographique, et il fonctionne plutôt bien. Mais il intègre surtout tout un tas de dictionnaires de synonymes ou des outils super complets. Traquer les répétitions, les adverbes ou les formes passives devient très simple et rapide, et faire des stats aussi. C’est un investissement très vite rentabilisé si tu écris régulièrement (une centaine d’euros).

      J'aime

      • Oui, j’utilise aussi Antidote 🙂
        Par contre, permet-il d’obtenir les statistiques dont tu parles souvent sur ton blog ? (pourcentage de verbes ternes, taux de pronom relatif, taux de voix passive, longueur des phrases, …).

        Aimé par 1 personne

        • Antidotes te fournit les nombres (de verbes ternes, de pronoms, etc.) et c’est à toi de calculer les taux. Pour te faciliter les choses, à la fin de mon article « Diagnostiquer son texte » (https://wp.me/p6KuvK-7G) il y a un lien pour télécharger un petit formulaire excel de ma conception : tu n’as plus qu’à y rentrer les valeurs que te donne Antidotes pour obtenir les taux.
          Une seule exception : les adverbes. Antidotes est capable de te dire combien ton texte compte d’adverbes en tout, mais il n’est pas capable de distinguer les adverbes en « -ment » (pour mes nouvelles je les compte à la main, pour mes romans je laisse tomber ce calcul).

          J'aime

  6. Cher Mr Arnier ! Merci pour un énième article passionant. Je suis dans la correction de mon manuscrit et l’article sur la distance « narrative » m’a déjà donné du fil à retorde ! Facile à corriger mais difficile à identifier pour ma part. Avec ce nouvel article sur les verbes ternes c’est un nouveau monde de cauchemar qui s’ouvre à moi ha ! Un exercise bien difficile pour passer à 10 % (en partant de 25% environ) Mais quel excercise fascinant ! Néanmoins je me questionne sur les dialogue, l’usage perpétuel de verbes riches ne rendra t-il pas les dialogues « pompeux »/ »arrogants » ?

    Bien à vous et merci pour tout !

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Laetitia ! Le contraire de « verbe terne » n’est pas « verbe exubérant ». Quand on conseille d’éviter les verbes ternes, cela signifie juste de se passer des quelques verbes passe-partout mentionnés dans l’article (rien qu’avec « être », « avoir » et « faire », tu as là le trio gagnant) : ça ne veut pas dire qu’il faut utiliser des verbes extraordinaires tirés d’un dictionnaire de vieux français ! 🙂 De nombreux verbes simples de la vie de tous les jours fonctionnent très bien sans être « ternes ». Bon courage pour la réécriture !

      J'aime

  7. Ping : Fin de rédaction, relecture et édition: Adventure Awaits! | Romans de Berg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s